La SPI, des hectares en or

Est-ce que tous les hectares se valent ? Pour nous la réponse est claire, c’est non. Le credo de la SPI, agence de développement pour la province de Liège est de situer la bonne activité à la bonne place dans une dynamique d’intelligence territoriale optimale. Chaque hectare est à prendre en considération avec les besoins des opérateurs, les caractéristiques du lieu et de la commune concernée et les possibles à ouvrir afin d’anticiper les besoins des acteurs socio-économiques.

En ce sens, la réhabilitation de friches est une opportunité économique formidable. Nous considérons en effet comme un atout l’utilisation de notre riche passé industriel pour recycler le territoire et placer des outils stratégiques en situation idéale. Ne nous leurrons pas, réhabiliter une friche coûte plus cher et représente des défis importants. Pour la SPI rencontrer ces défis est précisément un investissement et non une dépense.



On estime à 2.200 le nombre de friches à réhabiliter ou en cours de réhabilitation sur le territoire wallon. Soit 7.000 hectares de terrains à l’abandon. Ces sites industriels ne se trouvaient pas là par hasard. Connecté au rail, collé à une voie d’eau, à proximité de nœuds de communication et aux entrées des villes, ces sites offrent une situation idéale. A l’heure où l’on évoque le retour en ville, ou le développement de nos métropoles en « smartcities », planifier le territoire sans les friches est devenu une hérésie.

Depuis plus de 10 ans, la SPI mène une action volontariste afin de donner une seconde vie aux friches situées sur le territoire de la province de Liège, en y développant de l’activité économique et/ou du logement.

Pourquoi ? Pour répondre à 3 besoins immédiats :

  • répondre aux demandes des investisseurs malgré la saturation de nos parcs
  • gérer notre territoire avec parcimonie et économiser nos terres agricoles toujours plus rares
  • éviter l’étalement des activités en périphérie et de resserrer le lien entre habitat et économie. Ce rapprochement des fonctions induit forcément de meilleures possibilités de mobilité mais aussi en qualité de vie

Dans son approche, la SPI privilégie aussi la mixité des fonctions pour créer un effet levier et créer une dynamique vertueuse au niveau de la qualité de vie.

Le Val Benoit, dernier écrin en date de la SPI fait figure d’exemple. Un ancien campus en pleine rénovation, comme en témoigne le Génie Civil. On passe d’un site abandonné, à la création d’une ville dans la ville, un véritable quartier qui vit au-delà des heures de bureau.

La SPI, en partenariat avec SPAQuE et la SORASI, a déjà réhabilité 75 hectares de friches à destination des entreprises. Quelques projets phares, tels que le site « Espace Phénix » à Flémalle, « Intermills » à Malmédy, « HDB » à Verviers, le charbonnage du Hasard à Cheratte (Visé), l’extension du Liege Science Park ou encore le Val Benoit.

Notons aussi des reconversions rurales comme à les Avennes à Braives, le site Sartel à Oupeye ou la Cour à Marchandises à Comblain-la-Tour (Hamoir).

Pour la SPI, la priorité est que chaque ha réponde à un besoin concret d’un acteur socio-économique et rende le territoire de la province de Liège comme une évidence à investir.