Un nouveau modèle en vue pour la SPI

A l’occasion de son AG, la SPI a présenté ses résultats pour l’année 2013 à l’ensemble de ses actionnaires. Avec 16,93ha, les ventes de terrains sont au même seuil historiquement bas qu’en 2010. Mais ils ne sont pas représentatifs du dynamisme des entreprises de la province de Liège !
Plus de 44ha se sont échangés entre entreprises, et les parcs SPI continuent leur croissance en comptant plus de 44 400 emplois et 2 295 entreprises.
Les projets SPI restent également nombreux sur le territoire. Aménagement de quartiers, reconversion de friches : voilà l’avenir de l’agence de développement pour la province de Liège.

L’année 2013 de la SPI se clôt par un bilan qui rejoint le seuil historiquement bas de 2010 au niveau des ventes de terrains : seulement 16,93 ha de terrains ont trouvé preneur, soit 14,5 ha de moins qu’en 2012 et à peine plus que les 16,57 ha de 2010. « L’an dernier, le résultat avait été acquis grâce à plusieurs grosses ventes comme Eloy, Sprimoglass et Hesbaye Frost. Si on retire ces trois-là, le volume d’affaires était similaire », commente Claude Klenkenberg, Président de la SPI. « Mais cela ne veut pas dire que l’économie va mal dans la province de Liège, loin de là. Plusieurs chiffres le montrent : 44ha ont été revendus entre entreprises, ce que nous favorisons pour éviter que les bâtiments restent vides même si nous n’y avons aucun intérêt financier. Et surtout, les chiffres d’emploi sur les parcs continuent de croître avec 44 400 emplois localisés sur les parcs SPI et 2295 entreprises ! »

Ces chiffres, qui représentent une augmentation de plus de 10% du nombre d’emplois et d’entreprises doivent cependant être tempérés, comme l’explique Françoise Lejeune, Directrice Générale de la SPI : « nous avons, cette année encore, affiné nos méthodes d’analyse et mieux ajusté nos comptages à la réalité géographique de certains parcs, plutôt que nous en tenir à des données purement administratives. Dans ces chiffres, nos experts nous confirment néanmoins une croissance réelle de quelque 1000 emplois et 70 entreprises, ce qui reste dans la moyenne de croissance des autres années. Et, loin de se vider, l’occupation de nos parcs est passée cette année au-dessus de la barre des 90%. Cela démontre que nos entreprises restent dynamiques.»

Les terrains ne sont pas tout…

Le faible volume des ventes 2013 a bien évidemment des conséquences sur les finances de la SPI, qui termine l’exercice 2013 avec une perte de 470 477€. « Isolément, ce n’est pas une catastrophe car la SPI a des réserves. Mais cela n’est pas tenable à long terme. Voilà pourquoi la SPI a entamé un important travail de réflexion pour mettre en place un nouveau modèle qui ne soit plus basé principalement sur la vente de terrains, comme c’est le cas actuellement. Il y a énormément de compétences à la SPI. Nous voulons les conserver et les utiliser différemment pour amener la SPI vers de nouveaux métiers », explique Claude Klenkenberg.

Plus de 100 dossiers d’infrastructures sont actuellement en cours à la SPI et quelque 500 entreprises ont été accompagnées dans leur développement en 2013, signes que le travail ne manque pas. « Les terrains restent importants et nous continuerons, ponctuellement, à développer des parcs d’activités économiques car ils correspondent toujours aux besoins de certaines entreprises. Mais, on le voit clairement, les défis en matière de requalification de friches et de rénovation de quartiers sont énormes sur le territoire de la province. Nous avons une importante expertise en la matière, nos actions sont menées en veillant à construire ces projets avec l’environnement immédiat et nous sommes à la manœuvre dans des dossiers de première importance comme le Val Benoit à Liège, le charbonnage du Hasard à Visé, Intermills à Malmedy, ou encore HDB à Verviers. Accompagnés de partenaires publics (Spaque, Sogepa,…) et privés, nous avons là de nouvelles portes qui s’ouvrent pour que la SPI puisse continuer à œuvrer en faveur du dynamisme de la province de Liège », ajoute Françoise Lejeune.

Plusieurs grandes pistes ont déjà émergé suite à de nombreuses réflexions internes en compagnie du personnel, dont la créativité a été mise à profit. Le travail va se poursuivre tout l’été avec les instances de la SPI, Bureau Exécutif et Conseil d’Administration. « Les fruits de cette démarche sont attendus à l’automne et nous aurons le plaisir de les présenter fin 2014 afin de nous permettre de répondre très rapidement aux nouveaux défis qui attendent notre province dans les prochaines années », se réjouit le Président de la SPI.

La SPI au 31 décembre 2013, c’est

  • 16,93 ha de terrains vendus
  • 54 parcs d’activités économiques avec un taux d’occupation moyen de 92 %
  • 2 295 entreprises installées dans ses parcs et bâtiments, employant 44 400 personnes
  • Au niveau des infrastructures d’accueil : 48 Bâtiments Relais opérationnels et 14 Espaces Entreprises
  • Plus de 100 dossiers d’infrastructures en cours ou à l’étude pour les communes et opérateurs publics
  • 500 entreprises accompagnées dans leur développement
  • 470 477€ de perte et 10 944 720 euros de chiffre d’affaires

Télécharger le communiqué de presse (PDF - 208 Ko)