Smart Park : un an après, de vraies économies pour les entreprises !

Fin 2011, à l’initiative du Ministre de l’Economie Jean-Claude Marcourt, les gestionnaires de réseau de distribution (ORES/Tecteo) et les intercommunales de développement économique (SPI/IGRETEC) s’associaient pour sensibiliser les entreprises à l’utilisation intelligente de l’énergie.

Aujourd’hui, l’expérience acquise auprès de 60 entreprises à Liège et dans le Hainaut a permis de montrer des gains évidents permettant de renforcer la compétitivité de nos entreprises. Et d’envisager la généralisation du projet Smart Park à l’ensemble de la Wallonie.

Dans les années qui viennent, toutes les projections montrent que les prix de l’énergie ne vont pas cesser d’augmenter. « C’est le cas pour les énergies fossiles, mais aussi et même surtout pour l’électricité. On estime que le kWh coûtera jusqu’à 30% plus cher en 2020 », martèle Willy Legros, Pro-Recteur de l’ULg, ingénieur électricien et expert auprès du Ministre wallon de l’Economie pour le projet Smart Park.

Les entreprises vont inévitablement devoir tenir compte de ces réalités et réfléchir de plus en plus à l’utilisation rationnelle de l’énergie « et la Wallonie a décidé de les aider en mettant sur pieds le projet Smart Park », poursuit le Ministre Jean-Claude Marcourt, qui précise également : « le but est véritablement de soutenir la compétitivité de nos entreprises en les aidant à avoir une consommation intelligente. Il n’est pas question de les limiter dans leurs besoins énergétiques, mais de les aider à décortiquer leur facture et à débusquer des pistes d’économies parfois très simples, mais qui peuvent peser lourd sur la note finale ».

Smart Park en pratique

Concrètement, en tant qu’agences de développement pour les provinces de Liège et du Hainaut, la SPI et IGRETEC interviennent pour informer, sensibiliser et choisir les entreprises susceptibles de s’inscrire utilement dans la démarche, c’est-à-dire celles qui ont une consommation supérieure à 40.000kWh et/ou une puissance de raccordement de 56kVA. Lors de la phase test, 60 entreprises situées dans 6 parcs d’activités à Liège et dans la région de Charleroi ont été suivies (aux Hauts-Sarts et aux Plénesses pour Liège et sur trois parcs autour de Fleurus, ainsi qu’à l’Aéropôle de Charleroi pour le Hainaut).

Via une cellule dédicacée Smart Park, la SPI et IGRETEC coordonnent le projet et servent d’intermédiaire entre les gestionnaires de réseau de distribution (les « GRD », Ores/Tecteo) et les entreprises. La cellule Smart Park réalise le travail d’analyse des données brutes envoyées par le compteur « intelligent » placé par le gestionnaire de réseau. Elle les rend lisibles pour l’entreprise, repère d’éventuelles anomalies et informe directement le responsable de la société. Celui-ci peut aussi décortiquer sa consommation et contacter la cellule Smart Park pour des analyses plus fines.

Les principaux points analysés concernent :

  • La consommation, avec pour objectif de faire baisser la consommation en repérant et en combattant de mauvaises habitudes.
  • La pointe quart-horaire, pour limiter les gros pics de consommation qui, même occasionnels, impactent la facturation sur toute l’année
  • Le cos φ, qui permet d’éviter un déphasage, causé notamment par certains moteurs électriques ou les tubes néon, qui crée des pertes énergétiques sur le réseau, avec pénalité financière à la clé s’il est trop important. (le cos φ est le rapport entre la puissance active et la puissance apparente)
  • La répartition heures pleines – heures creuses, afin envisager le transfert de certaines consommations énergétiques des heures pleines vers les heures creuses.

Selon les cas, des conseils sont également donnés aux entreprises afin qu’elles puissent renégocier utilement leur contrat de fourniture d’électricité, ou encore pour qu’elles aient recours à des sources d’énergie alternatives (placement de panneaux photovoltaïques, etc).

Demain, Smart Park pour toute la Wallonie

Après un an de phase pilote, les premiers résultats du projet sont particulièrement positifs pour les entreprises participantes (voir les témoignages ci-dessous). « Cela nous permet clairement d’envisager une extension du dispositif sur toute la Wallonie, car nous pensons qu’il s’agit d’un des axes à mettre en œuvre pour renforcer très concrètement la compétitivité de nos entreprises en les aidant à réduire leur structure de coûts au niveau de l’énergie », se réjouit le Ministre de l’Economie Jean-Claude Marcourt.

Télécharger le communiqué de presse (pdf)