Au revoir Françoise …

Quatrième directeur général depuis la création de la SPI en 1961, on peut dire que tu as largement marqué de ton empreinte notre organisme aussi bien au niveau des projets réalisés que de la gestion quotidienne si familiale.

Nous arrivons aujourd’hui à un moment charnière tant dans ta vie que dans celle de notre intercommunale.

Un départ est toujours un moment particulier d’émotion et cela l’est plus encore pour un départ en retraite en raison des liens professionnels et personnels que l’on tisse les uns avec les autres au fil des années.

A cette occasion, l’usage veut que l’on retrace l’ensemble de la carrière et, ma chère Françoise, je vais me plier à cet exercice avec un grand plaisir… même s’il est difficile de résumer 40 années de travail dont 28 au sein de notre institution !

Tu es née à Hamoir, ta commune de cœur encore aujourd’hui. Située à l’extrême sud de la province, au confluent de l’Ourthe et du Néblon, ce village t’a vu grandir, même si c’est à Aywaille que tu habitais et à son athénée, où ton papa était professeur, que tu as fait tes études primaires et secondaires.

En 1972, tu es arrivée à Liège pour y poursuivre de brillantes études d’ingénieur architecte au sein d’une promotion qui vient de fêter ses 40 ans.

Dans la foulée, ta vie professionnelle débute par un stage chez l’architecte DETAILLE à Jemeppe-sur-Meuse. A l’issue de celui-ci, tu es entrée au CPAS de Liège comme architecte du bureau d’études, puis comme conducteur des travaux et enfin comme directeur f.f. du service des propriétés.

En 1990, c’est à la SPI que tu as posé tes valises pour ne plus la quitter !

En tant qu’ingénieur architecte, tu as été successivement chargée de la gestion des parcs, de la construction des Bâtiments Relais et de la restauration du bâtiment du Vertbois. Puis à partir de 1995, tu es devenue directeur du service infrastructures. Là, tu as été chargée du lancement et du suivi de dossiers d’équipement de parcs, de bâtiments et d’une construction marquante dans l’histoire des produits de la SPI : le vieux Vertbois. Tu as aussi pris en charge des dossiers plus spécifiques comme la construction du Spatiopôle au Sart-Tilman, la station d’épuration d’Aubel, la voie ferrée d’Engis, …

Des infrastructures, tu passes en 2001 à la direction de ce qu’on appelait à l’époque « le développement rural et urbain », c’est-à-dire les services de conseils aux communes (développés grâce à l’expertise du dossier Vertbois), et à la direction de la clientèle. Dans ce cadre, tu as réussi l’exploit de finaliser l’affiliation de toutes les communes du territoire de la province (84) à la SPI et traité avec succès des dossiers particulièrement complexes ou novateurs comme Le Grand Curtius à Liège ou les micro-zones, devenues les îlots d’entreprises.

En 2005, tu deviens directeur général adjoint et, en avril 2007, tu remplaces André Lacroix comme directeur général de la SPI. Depuis lors, tes « bébés » se multiplient encore et ton rôle de négociateur pour déminer les dossiers difficiles s’accroit !

Sous ta direction, les partenariats publics privés se sont intensifiés, la transversalité et la créativité deviennent la règle et les collaborateurs travaillent en équipes et non plus individuellement derrière des portes fermées.

Tu as supervisé et t’es investie dans de nombreux dossiers : la première crèche d’entreprises à Huy, la rue d’entreprises Pieper à Liège, la restauration du Château Nagelmackers à Angleur, le colloque sur l’intelligence territoriale pour les 50 ans de la SPI, l’Espace Entreprises Giga au CHU et celui de Francorchamps, le centre funéraire de Welkenraedt, la ferme de la Grosse Tour à Burdinne, l’îlot d’entreprises de Modave, l’East Belgium Park sur 4 communes et 2 communautés, etc.

Le dernier en date et le plus flamboyant étant la résurrection du site du Val Benoit en zoning vertical et en futur quartier de vie !

Depuis ton poste de DG, tu t’impliques aussi fortement dans le réseautage et la communication et cela se ressent dans la notoriété dont bénéficie chaque jour davantage la SPI.

A l’extérieur, tu es connue comme le loup blanc. Tout le monde t’appelle Françoise car tu es toujours disponible pour rendre service. Ton carnet d’adresses est plus que bien rempli et tu n’hésites jamais à prendre ton téléphone et à faire bénéficier ton entourage professionnel de tes bonnes relations avec aussi bien les entreprises que les élus de tous bords politiques.

Au-delà de ton professionnalisme, c’est avant tout ton humanisme que nous allons regretter.

Les personnes qui ont travaillé à tes côtés retiennent ton énergie, ta persévérance, ton bon sens et ta créativité. Elles conserveront le souvenir d’un chef dynamique, entier, disponible et attaché au territoire de la province de Liège.

Pour ma part, ma chère Françoise, j’ai apprécié ton sens du service, ta loyauté et ta disponibilité à trouver des solutions et faire avancer les projets. Par ton action, de nombreux projets ont été réalisés pour le bien-être des citoyens et des entrepreneurs. Tu l’as fait avec beaucoup de tact et de persuasion, et toujours dans l’intérêt général.

Tes équipes, les membres de nos instances et moi-même voulons te témoigner, ma chère Françoise, notre profonde et très sincère reconnaissance pour ce que tu as construit au bénéfice de notre province.

Nous te souhaitons une retraite des plus agréables avec du temps pour de la marche, de la cuisine, du jardinage, plein de projets et bien entendu le petit Léon !

Proficiat !

Consultez un petit résumé de la soirée :